Les pouvoirs de l’ambre : plus qu’une pierre, une légende

0
259
views

C’est dans les vieux pots que l’on raconte les plus jolies histoires…

Les pouvoirs de l’ambre : Ambre parure

de la femme

Madame, vous qui possédez colliers ou bracelets d’ambre, vous êtes-vous jamais
demandé ce qu’était cette matière brillante, délicatement veinée, et dont
la couleur varie du jaune d’or au jaune rougeâtre ?
Vous êtes-vous demandé en quelle partie du monde des ouvriers habiles
façonnaient cette matière précieuse pour que vous puissiez en parer votre grâce ?
Les Anciens, qui connaissaient l’ambre et en faisaient déjà des bijoux ou des amulettes
pour les enfants, n’avaient pas été sans remarquer une propriété particulière
qui, plus de dix-neuf siècles plus tard,sous mille formes diverses, devait révolutionner
le monde ! Nous voici bien loin de la mode, mais la digression sera courte.

Six cents ans avant Jésus-Christ, Thales observa que cette matière obtenait par
frottement la propriété d’attirer de menus brimborions, brins de laine, barbes de
plumes, fétus de paille, etc…. Ce fluide ainsi produit n’était autre que l’électricité.

L’ambre fut son parrain puisqu’on la baptisa ainsi du mot grec « électron » qui signifie ambre; aujourd’hui la fée merveilleuse s’est pliée à nos désirs et l’on ne sait pas davantage qui elle est !
Est-ce à cause de cette propriété, que la croyance populaire attribue à l’ambre certains dons mystérieux, porte-bonheur, influence heureuse, protection des nouveau-nés… Quoi qu’il en soit, l’ambre a connu, connaît et connaîtra sans doute longtemps une grande vogue, dans la fabrication de mille objets charmants.
L’ambre jaune, qu’il ne faut pas confondre avec l’ambre gris, substance odorante
flottant à la surface de certaines mers, est une matière dure, cassante, à demi
opaque ou presque transparente. C’est une résine fossile que l’on découvre ordinairement
dans les dépôts de combustibles des terrains tertiaires. Les dunes sablonneuses
qui bordent la Baltique et notamment entre Memel et Koenisberg en sont
très riches : c’est par conséquent dans ces réglons que l’industrie de l’ambre s’est
développée et a prospéré.
L’ambre brut est traité, puis taillé, perforé, assemblé avec beaucoup de soins, et
devient tour à tour perles, bracelets, colliers, fume-cigarettes, tuyaux de pipe,
manches de parapluie, etc. ; sa manipulation est excessivement délicate et les ouvriers
doivent subir un long apprentissage avant de devenir aptes à travailler cette matière relativement précieuse l’ambre, en effet, est d’un prix assez élevé qui est fonction de
sa rareté, de la difficulté qu’il offre à se laisser travailler et enfin de ce que ces colifichets sont toujours produits d’importation. Cette rareté lui a valu d’être beaucoup imité, mais évidemment jamais égalé ; aussi, est-ce pourquoi, ces tentantes parures qui vont si délicieusement aux brunes font-elles la joie de celles qui les portent. Ce sont là, bijoux simples et modestes, s’accommodant joliment avec les toilettes d’après-midi et même le tailleur matinal. L’ambre n’est-il pas un bijou matinal, s’il faut en croire la délicieuse légende que les poètes grecs nous ont transmise ? Ils supposaient que ces
boules brillantes, couleur de soleil, étaient les larmes des soeurs de Phaéton,  désespérées de voir leur frère puni par Jupiter de n’avoir pas su conduire d’une main sûre le char éblouissant de Phébus-Apollon dieu de la lumière et du jour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here