Comment savoir si il me trompe?

0
191
views

Comment savoir si il me trompe? le petit truc de la presse féminine des années 30

Parmi les signes d’infidélité, la Physiognomonie note en premier lieu l’existence d’une mèche blanche barrant la chevelure. Or il est curieux de remarquer que les endocrinologistes modernes — au premier rang desquels il faut compter le
docteur Léopold-Lévi — tiennent cette canitie localisée pour un signe non équivoque d’irrégularité thyroïdienne. Cette irrégularité entraîne des troubles de caractère, des dépressions suivies d’excitations et une inconstance de tous les instants; De là à l’infidélité, n’est-ce pas ?
Après avoir constaté cet accord entre la Science moderne et la Tradition, suivons cette dernière.
L’infidèle, nous apprend-elle, a aussi les sourcils épais et bien arqués, le nez long, des rides précoces et brisées. Son teint garde longtemps une grande fraîcheur.
Le mont de Vénus, c’est-à-dire la racine du pouce, est chez lui en forme de plateau, et il
déborde sur l’intérieur de la main ; il est rayé dans tous les sens, mais de raies fines et entrecoupées.
D’ailleurs, la paume de ces mains présente un beau fouillis de lignes et d’étoiles. La
ligne de coeur, celle qui souligne les quatre doigts, est fine, longue et tracée en chaînettes.
Enfin la main porte nettement ce qu’on appelle l’anneau de Vénus, et qui est une petite ligne courbe, soulignant les bases du majeur et de l’annulaire, au-dessus de la ligne de coeur.
Une pareille main est lisse, avec les doigts fins et longs, et un index pointu. Les ongles peuvent être courts et pointus, ou bien, dans d’autres cas, en griffes. Ce dernier signe est surtout apparent aux index.
Enfin, il est rare que les infidèles aient les mêmes lignes en main gauche qu’en main droite. Cette dernière étant habituellement la plus striée.
Il n’y a pas, dans l’écriture, de marques certaines d’infidélité. Tout au moins peut-on en
voir une présomption quand le graphisme est petit, penché, avec des pleins et des déliés bien différents. La signature est peu lisible, embrouillée dans un paraphe, Les barres de T sont absentes, ou placées trop haut.
Lavater et ses disciples affirment qu’il y a dans les bosses du crâne une marque d’infidélité. Voici comment la reconnaître. Si l’on trace une ligne imaginaire divisant le crâne en deux hémisphères égaux, on trouve, dans chacun de ces hémisphères,
tout près du sommet de la tête, une bosse bien marquée chez les hommes fidèles, et un creux correspondant chez les autres, les innombrables autres.

Source: gallica.bnf.fr

Crédit photo: https://commons.wikimedia.org

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here